Education et intérêt général

Conseil aux familles pendant le confinement.

La période de confinement, inédite pour la totalité des élèves, va s’étendre a minima durant plusieurs semaines.

Comment gérer cette fermeture des écoles, des collège set des lycées, cette absence d’enseignements, la perte des repères habituels qui rythment la semaine de nos enfants ? Comment les aider à traverser cette période angoissante, déstabilisante ? Comment faire en sorte que les semaines qui viennent ne se traduisent par la perte des habitudes de travail, par un affaiblissement des connaissances, une dégradation des relations et un mal-être  chez nos enfants? 

Quelques conseils peuvent contribuer à mieux vivre ces temps difficiles.

Conseil aux parents.

Tout d’abord parler du confinement et de l’épidémie.

Filtrer ses émotions et ses inquiétudes. Être pragmatique et rationnel. Ne pas transmettre son anxiété ! Adapter son discours à l’âge des enfants :

– à l’école maternelle. On ne va pas à l’école pour ne pas tomber malade, pour ne pas « attraper une maladie » et la transmettre à notre famille.

À l’école élémentaire. On peut expliquer le principe de la contagion et les modes de transmission du virus.

Au collège et au lycée. C’est l’esprit de responsabilité, appeler au civisme. Chacun est un acteur de la résolution du problème qui se pose à nous.

Le travail à la maison

Vous n’êtes pas des enseignants (enseigner est un métier qui s’apprend et ne s’improvise pas) mais vous pouvez aider votre enfant à traverser cette période de confinement de la meilleure manière possible. Quelques propositions :

Repenser l’espace de travail.

L’enfant va passer plus de temps que d’habitude dans sa chambre, à son bureau, dans l’espace où il fait habituellement ses devoirs. Il faut qu’il se l’approprie pour le rendre le plus confortable possible qu’il s’y sente bien et qu’il ait envie d’y travailler. Aidez-le à aménager, à s’approprier cet espace.

– Le travail peut être un plaisir! 

Le travail à la maison ne doit pas être l’objet de tensions, de crispation au sein de la cellule familiale. L’efficacité du travail dépend d’abord des conditions dans lesquelles il est effectué. Le travail à la maison est fait sans jugement, sans note (!), sans usage alterné de la carotte et du bâton !

Commencer par privilégier le travail de révision.

. Après des premiers jours forcément marqués par le trouble et l’incertitude, il est nécessaire de « réamorcer la pompe », de retrouver au plus tôt les cahiers, les livres, le clavier. L’objectif premier est de conserver une habitude de travail, une attitude face au travail.  Pour cela, une seule règle :Commencer par ce que sait l’élève par  ce qu’il maîtrise, par ce qui peut servir « d’échauffement ». Éviter toute situation de blocage qui empêcherait la dynamique de travail de s’installer. Il sera temps ensuite de monter en puissance.

Un emploi du temps ?

Il est nécessaire de programmer le travail de manière régulière et souple. Un volume de travail est nécessaire pour stabiliser les connaissances et entretenir la machine à réfléchir mais on n’est pas dans la contrainte de l’emploi du temps de classe. N’espérez pas que votre enfant fasse le même nombre d’heures que dans l’établissement. Privilégier d’abord la notion de contrat. On se met d’accord sur ce que l’on va travailler (nombre d’heures, matières) pendant une période (la semaine par exemple). 2H par jour dans un premier temps à l’école élémentaire, 3 à 4 au collège sont des durées suffisantes si elles sont bien employées.

Privilégier le travail collaboratif.

Un élève n’apprend jamais seul. Le but est de favoriser les contacts entre élèves et le travail partagé. Les outils numériques servent aussi à cela. Il est plus intéressant de travailler un même sujet à plusieurs, d’échanger, de comparer, etc..

Diversifier les supports les modes de travail, les outils.

Plusieurs possibilités s’offrent à l’élève. En priorité les cours fournis par l’établissement, via l’espace numérique de travail (ENT) ou le courriel plus simplement. Il est nécessaire de rester en relation avec l’(les) enseignant(e) (s).

Mais d’autres possibilités existent en ligne à travers quelques sites spécialisés :

Ma classe à la maison https://ecole.cned.fr/login/index.php

Maxicours (gratuit) https://www.maxicours.com/se/entraide-covid19

Certaines écoles ( ou classes) ont créé Klassroom (outil gratuit) qui est un espace sécurisé de contact avec les familles. ce sont les parents qui s’inscrivent, qui rejoignent la classe créée par l’enseignant : https://web.klassroom.fr/

ou sur la télévision via les programmes de France 4 : 

A partir du 23 mars, voici la programmation du lundi au vendredi :

9h – 10h : La maison Lumni Primaire (CP – CE1) : 30 minutes de lecture et 30 minutes de maths

10h – 11h : programme ludo-éducatif pour les pré-scolaires

13h30 – 14h : C’est toujours pas sorcier pour les 8/12 ans

14h – 15h : La maison Lumni Collège : 30 minutes de français et 30 minutes de maths

15h – 16h : La maison Lumni Lycée : 1h de français, maths, histoire-géo, anglais ou philo

16h – 16h50 : La maison Lumni L’émission (pour les 8-12 ans)

d’autres pistes encore disponibles sur :

https://app-enfant.fr/selection/les-meilleures-ressources-pedagogiques-pour-les-enfants-la-maison/

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© Copyright - Conseil En Education